PATRICK SÉBASTIEN

Avant que j'oublie

prochain rendez-vous :
07 févr. 2020 à 20H30
Casino Barrière Bordeaux
Rue du Cardinal Richaud
+33 (0)5 56 69 49 00

Drôle et corrosif, Patrick Sébastien, accompagné de trois musiciens, déploie tout son éventail de talents : d’humoriste, de chanteur, d’imitateur… Un one-man-show étonnant, où, entre les projections d’images rares et les révélations, il exprime enfin tout ce qu’il n’a jamais pu dire à la télévision. Un moment de complicité inoubliable !

“On ne peut plus rien dire. L’humour, ça va très mal. Parfois j’ai envie de prendre mon téléphone et d’appeler le paradis : ‘Vous pouvez me passer Coluche ?... Allô patron ! Ici on est mal’.” C’est ainsi que Patrick Sébastien donne le ton de “Avant que j’oublie”, son tout nouveau spectacle. On y découvre un Sébastien intime, mais aussi un humoriste qui a de la verve et de l’ironie à revendre. Il imagine des dialogues avec des personnalités qu’il connaît bien et imite avec son talent coutumier : “Dis-moi Jacques, qu’est-ce que tu regardes en premier chez une femme ?” Réponse de Jacques Chirac : “Ce que je regarde en premier chez une femme, c’est si la mienne me surveille.” Même la cérémonie pour Johnny le fait sourire : “Vous avez vu l’enterrement de Johnny ? Il y avait tous les Présidents derrière — Macron, Hollande, Sarkozy — tous des mecs qui ont fait des lois pour nous empêcher de fumer, de boire, de conduire vite et de planquer nos sous à l’étranger. Et ils venaient rendre hommage à un mec qui n’a fait que ça ! Il a dû se marrer dans le cercueil.” La politique lui inspire également de bons mots : “Je n’ai rien contre les gens de gauche. C’est les bobos de gauche. Surtout qu’il y a des bobos de droite aussi. Ils sont moins nombreux, ils ne sont pas encore tous arrivés. Ils sont… en marche.” Mais l’humour corrosif n’est qu’une facette de cet artiste dont le talent ne se résume pas à savoir faire tourner les serviettes. Tendre et souvent émouvant, il déploie ici tout son arsenal (chansons à textes, sketches, imitations) de saltimbanque, se fait chanteur de bossa-nova et disperse ses anecdotes et ses souvenirs, professionnels comme personnels (son enfance à Brive-la-Gaillarde, ses débuts dans les cabarets parisiens…). Accompagné de trois musiciens en connivence et soutenu par des projections d’images ad hoc, il imite Johnny (“mon pote Jojo”), Gainsbourg… Caricaturiste hors pair, le trublion brosse un portrait plutôt juste de la société et, ce dont on peut être sûr, c’est qu’il n’a rien oublié. Avec la scène, la première passion de cet amuseur qui dit s’être parfois “égaré dans le futile”, est l’écriture, et il avoue même un réel penchant pour les choses profondes et philosophiques. Il le prouve tout au long de ce “Avant que j’oublie” hilarant, touchant et acide à la fois. “Alors d’accord c’est outrancier, c’est déplacé, mais c’est chacun ses remèdes et je vous promets que le nez rouge grossier, pour moi, c’est le plus lumineux des mercurochromes.” Ce Sébastien intime devrait en étonner plus d’un. 

“Sans concession, cet épicurien déambule et hypnotise son public.” — M Radio

“Un Patrick Sébastien surprenant qui se lance, à soixante-cinq ans, un nouveau défi, celui de conquérir d’autres cœurs.” — La Dépêche


à partir de
39€

Renseignements et réservations au
05 56 69 49 00

réserver en ligne